Église Saint-Laurent de Sainte-Même

église Saint-Laurent de Sainte-Même
L’église, depuis le nord-ouest

Données issues de l’inventaire du patrimoine des Vals de Saintonge

Historique

Commentaire historique : De l’église primitive, il ne reste que la façade romane du 12e siècle, qui s’appuie sur une nef datable du 15e siècle ou du 16e siècle. La sacristie a peut-être été construite à l’emplacement d’un ancien chevet, où plusieurs départs de murs sont visibles sur la façade orientale.
Au cours du 19e siècle, l’église a fait l’objet de réparations plus ou moins importantes. En 1855 et 1858, des travaux sont réalisés, notamment sur la cloche et la toiture qui s’est en partie effondrée. Vers 1872, la toiture, qui est à nouveau endommagée, a été une nouvelle fois réparée.
Dans le 4e quart du 20e siècle, vers 1985, la façade a fait l’objet d’une restauration et en 2005, la toiture a été réparée et la façade de nouveau restaurée. Ces restaurations sont visibles sur le portail ouest avec notamment la réfection d’une des colonnes à chapiteau du portail et sur les modillons de la corniche qui ont été probablement retaillés.

La première mention de l’église trouvée dans des documents d’archives date du 4e quart du 18e siècle, de 1791. Dans un état récapitulatif des adjudications de terres, vignes, etc. il est dit qu’une cure se situait à Sainte-Même.
Au début du 19e siècle, en 1806, l’église n’est pas utilisée car la commune est alors annexée à Nantillé pour le culte. En 1858, 1859 et 1874, des demandes concernant l’obtention soit du titre de paroisse soit qu’elle soit érigée en succursale (annexe 1) sont émises par la municipalité et les habitants, mais celles-ci n’ont jamais abouties.
En 1886, Sainte-Même fait alors une demande pour que l’église soit érigée en chapelle. Cette requête sera refusée par les autorités supérieures en mars 1888, mais la commune sera finalement érigée au rang de paroisse le 1er septembre 1888.
Datation(s) principale(s) : 12e siècle ; 15e siècle (?) ; 16e siècle (?)
Datation(s) secondaire(s) : 19e siècle ; 4e quart 20e siècle

Description

Commentaire descriptif : La façade occidentale de l’église est surmontée d’un clocher qui prend la forme d’un campanile à deux baies. Le portail présente deux voussures dont l’externe repose sur des colonnes à chapiteaux sculptés d’oiseaux affrontés. Cette voussure, surmontée d’une archivolte en pointes de diamants, est sculptée sur toute sa surface de damiers. La voussure interne est sculptée, quant à elle, de motifs géométriques en partie érodés. Au-dessus, une corniche sculptée de motifs géométriques est soutenue par douze modillons sculptés, alternant formes géométriques, animales et humaines. Les baies en plein cintre du campanile, surmonté d’une croix en pierre, reposent sur appui sculpté en damier.
La façade nord, percée de deux fenêtres en ogive, est dotée d’un large contrefort sur lequel se distinguent deux modillons sculptés, peut-être des vestiges de l’église primitive. Ceux-ci représentent deux personnages, un acrobate et une femme accroupie.
La sacristie, érigée en moellon enduit, prend appui sur la façade orientale et est couverte d’un toit à longs pans en tuile creuse.

A l’intérieur, la nef, est couverte d’un plafond plat en plâtre et est dotée d’une corniche moulurée. Sur le mur du fond se situe un retable sculpté deux colonnes striées à chapiteaux ioniques soutenant un fronton bombé sculpté de denticules et, au centre, de puttos et de motifs géométriques. Les murs latéraux, nord et sud, disposent de statues avec entre autre la Vierge, Joseph ou encore Jeanne d’Arc, et de vitraux dont un représente Saint Laurent.
Matériau(x) de gros-œuvre et mise en œuvre : calcaire ; moellon ; pierre de taille
Matériau(x) de couverture : tuile creuse
Parti de plan : plan rectangulaire régulier
Vaisseau(x) et étage(s) : 1 vaisseau
Type de la couverture : toit à longs pans
Technique du décor : sculpture
Représentation : ornement géométrique ; ornement animal ; ornement figuré
Précision sur la représentation : Corniche de la façade ouest soutenue par des modillons sculptés présentant, de gauche à droite, une figure humaine dans une forme géométrique, un personnage jambes pliées et bras croisés, un personnage représentant probablement une fille, un animal aujourd’hui sans tête, une tête d’animal, deux formes géométriques, une barrique, une tête humaine, deux cercles avec au-dessus une étoile, et pour finir trois modillons sculptés de motifs géométriques.
Portail de la façade ouest à deux voussures sculptées de motifs géométriques, surmontées d’une archivolte en pointes de diamants. Colonnes du portail ouest à chapiteaux sculptés d’oiseaux affrontés.
Modillons sculptés de personnages, un acrobate et une femme accroupie tenant une galette, sur le contrefort de la façade nord.
État de conservation : bon état

Intérêt de l’œuvre

Œuvre repérée

En images…

225 Av. de Jarnac, 17770 Sainte-Même, France

Soumette une modification

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×