Jardin de Gabriel à Nantillé

Le Jardin de Gabriel vu depuis la route

Données issues de l’inventaire du patrimoine des Vals de Saintonge

historique

Eugène Gabriel Albert, plus couramment appelé Gabriel Albert, est né le 19 octobre 1904 au Pin à Nantillé. Très tôt, il est attiré par le modelage et la sculpture. Alors qu´il est adolescent, il sculpte une statue en buis représentant une femme et il réalise des vases en argile, qu´il expose en bordure de la route. Il met ensuite de côté cette passion pour exercer divers métiers.

Gabriel Albert prend sa retraite en 1969. Le lendemain, il vend tous ses outils de menuisier et décide alors de créer des statues et des bustes. Pour cela, il s´appuie sur quelques principes tirés d´ouvrages spécialisés dans le bricolage conservés dans l´atelier, notamment un ouvrage de 1941, « Traité de la sculpture taillée », qui comporte un chapitre intitulé « Le ciment et son emploi en sculpture ». Un autre livre datant de 1956 renseigne sur la façon d´employer le plâtre. réalise sa première œuvre, une statue de femme nue. Il utilise alors un mélange de plâtre et de ciment, ce qui provoque l´effondrement de la statue peu de temps après. Il met au point peu à peu, de manière empirique, ses techniques de fabrication et finit par utiliser le ciment seul, de type Portland, mélangé avec du sable blanc extrait des carrières de Cadeuil, dans la commune de Saint-Sornin. Ce matériau est modelé autour d´une armature métallique de récupération, qui constitue le squelette de la statue. Une statue inachevée témoigne de ce procédé. Les bustes, plus compacts, ne comportent vraisemblablement pas d´armature métallique. Dans les dernières années de sa création, il préparait à l´avance des yeux, des nez, des bouches et des oreilles, stockés sur des étagères et prêts à être utilisés. Ces éléments, ainsi que la coiffure, étaient ensuite rapportés un à un sur une boule afin de constituer le visage. Pour les yeux, Gabriel Albert figurait l´iris en le marquant par un trou circulaire. Le globe oculaire pouvait être représenté par une pâte blanche encore conservée sur certaines œuvres. Gabriel Albert réalise ses œuvres en ciment entre 1969 et 1989. Il y consacre, avec passion, la majeure partie de ses journées. Durant ces 20 années, il modèle environ 420 sculptures, se présentant sous la forme de statues en pied (202 œuvres) ou de bustes (186, dont quatre bustes doubles). Elles figurent quelques animaux (42), mais surtout un grand nombre d´humains (346). Parmi ces derniers, 230 femmes ont été figurées, contre 113 hommes. Chaque sculpture est unique, même si quelques personnalités ont été représentées à plusieurs reprises, certaines jusqu´à quatre fois. Le choix de l´emplacement des statues et bustes dans le jardin était réfléchi, ce qui indique une appropriation de l´espace par le créateur, le jardin devenant alors une œuvre à part entière. Au fur et à mesure de sa production, Gabriel Albert sort les statues et les bustes de l´atelier et les dispose dans le jardin. L´organisation spatiale du jardin, la disposition des éléments à partir du sol, sont la marque d´une volonté du créateur d´aménager son site pour favoriser l´agrément de la visite.

Le Jardin de Gabriel a été créé par un homme dépourvu de formation artistique qui répond à la définition des « habitants-paysagistes », ces ouvriers ou artisans autodidactes qui exercent une activité créatrice au sein même de leur espace d’habitation et transforment leur jardin et/ou leur maison en une œuvre à part entière. Par l’absence de formation artistique et l’empirisme de ses créations, Gabriel Albert répond aussi pour partie à la définition de l´art brut donnée en 1945 par Jean Dubuffet.

Description

Il s´étend à la sortie du hameau Chez-Audebert, au bord de la route départementale 129, reliant Saintes à Aulnay. Le jardin, ceinturé par une clôture métallique, mesure approximativement 40 mètres de longueur et 30 mètres de largeur. Au milieu de la parcelle se trouve la maison de Gabriel Albert et de son épouse. Un moulin à vent décoratif s´élève à proximité de la route et deux abris en tôle, l´un étant l´atelier du sculpteur-modeleur, sont placés à l´arrière du jardin. 385 statues et bustes peuplent actuellement le jardin, occupant tous les espaces à l´exception de l´arrière de la maison, non visible depuis la route. Trois œuvres sont situées également dans le jardin voisin appartenant au gendre de Gabriel Albert. Avant les vols opérés principalement dans les années 2000, le jardin comptait environ 420 statues et bustes.

En images…

2 Chez Audebert, 17770 Nantille, France

Soumette une modification

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×